L’homme le plus riche du monde veut une autre planète

Pour Jeff Bezos, patron d’Amazon et homme le plus riche du monde, la question de sauver la planète peut-être résolue d’une manière facile : l’abandonner pour coloniser l’espace. C’est pour cela qu’il a récemment dévoilé un protoype d’alunisseur qui pourrait servir à coloniser la lune – dans le cadre du projet « Blue Origin » que finance Jeff Bezos En attendant, sur terre, Amazon est en procès avec plusieurs femmes aux USA pour les avoir licencées alors qu’elles étaient enceintes – pour des questions de baisse de productivité. Peut-être qu’il faudrait laisser Jeff Bezos aller sur la lune tout seul. Et jeter les clés de la fusée de retour dans le cratère d’un volcan gardé par un dragon.

Art et tragédie migratoire

Un artiste suisse, Christoph Büchel, se fait remarquer à la Biennale de Venise en exposant l’épave d’un bateau à bord duquel un millier de migrant-e-s sont mort-e-s en Méditerrannée. Selon le président de la Biennale, ça serait « une invitation au silence et à la réflexion. » Cet intention, en apparence honorable, est néanmoins très problématique à l’heure où les énergies devraient plutôt être concentrées sur la communication et l’action. En effet, des migrant-e-s continuent à mourir en mer dans le silence le plus total de l’Europe alors que le gouvernement d’extrême-droite italien a fait bloquer ses ports aux bateaux qui transportent des migrant-e-s. Dans le domaine de l’art contemporain, la démarche et le discours de Forensic Oceanography paraissent plus intéressants que les provocations faciles de Christoph Büchel – qui voulait faire reconnaître les prototypes du mur de Trump à la frontière mexico-étasunienne comme des œuvres d’art.

Europe et agriculture

Le Dauphiné libéré essaie par tous les moyens d’intéresser ses lecteurs aux élections européennes. Il consacre une double page à l’argent « que nous donne l’Europe », i.e. les subventions de la Politique agricole commune (PAC). Le député européen (PPE) et maire de Chambéry M. Dantin est interviewé sur quatre colonnes à ce sujet. Celui-ci s’est arrangé pour saupoudrer des aides à l’investissement (méthaniseurs, solaire photovoltaïque, robots de traite) sur Rhône-Alpes pour que les agriculteurs ne râlent pas. Mais l’avenir s’annonce sombre : une moitié des producteurs de lait à reblochon prendra sa retraite d’ici 10 ans et il n’y a pas de relève, d’énormes quantités de lait de qualité inférieure sont produites et écoulées à vil prix, les cahiers des charges des appellations sont attaqués de toutes parts. Surtout, la pompe à fric de la PAC menace de s’enrayer. Dantin ne ramassera toutefois pas la raclée qu’il mérite puisqu’il prend sa retraite européenne.