Le Temps et le greenwashing

Le Temps d’hier assomme son lectorat d’une édition de 40 pages (!) sur la « transition écologique » avec une image de planète Terre en feu à la une. La rédaction de ce journal semble vouloir assumer un rôle d’expertise sur la question et a convié le gratin économique pour tailler le bout de gras sur le sujet. Un journaliste résume: « il faut cesser de basculer dans le pessimisme, il existe des solutions ». Vous comprendrez aisément à sa lecture que les « solutions » proposées veulent seulement intégrer la contrainte environnementale au capitalisme, selon la formule du sociologue R. Keucheyan. Pour ce faire, il faut « mettre tout le monde autour de la table » et pratiquer l’auto-critique, par exemple dans un article hilarant où Le Temps déclare sérieusement vouloir mettre en place une « charte du greenwashing ». Pour une écologie qui comme en appelle de ses voeux l’historien F. Jarrige « interroge la question des rapports sociaux et du syst. économique, c-à-d du capitalisme » on repassera. (pic: B. Keller)

Climat : Crise de paternalisme

À la crise de la masculinité, on peut maintenant ajouter la crise du paternalisme – provoquée par les nuées d’ados qui défilent pour le #climat. Certain.e.s n’ont pas trop apprécié que leurs enfants leur disent qu’ils ont détruit leur planète. Ainsi, dans le 24 Heures, c’est le président de la Ligue Vaudoise – mouvement nationaliste vaudois (sic) inspiré par l’Action française – qui se plaint du reflux de l’autorité du Père (masquant le tout sous un ode à la transgression) : « En particulier, le père d’aujourd’hui a de la peine à assumer un rôle [d’autorité] qu’il ressent comme inutilement brutal. […] C’est dans ce même travers que les autorités scolaires sont tombées en autorisant les grèves. » Dans le Temps, c’est Sabine Riard, une enseignante bernoise qui questionne le sérieux de l’engagement des jeunes, pour finir sur un vibrant appel à aller voter (parce qu’il faudrait pas trop que les enfants tentent autre chose d’un peu plus radical, comme manger leurs parents.)