Squats féministes à Genève

Le Courrier parle des visites de squats du passé genevois menées par Marylou et revient sur le rôle qu’ont joué les maisons occupées par des femmes dans l’histoire locale. Ces espaces furent des lieux précieux d’élaboration et d’émancipation pour les luttes féministes et LGBTQI (mention du squat non-mixte de Pré-Naville et du squat gay Chez Brigitte), et permirent le développement de structures qui existent encore aujourd’hui, comme par exemple l’association Viol Secours. L’article revient sur la sinistre attaque de Pré Naville (où les agresseurs qui avaient séquestrés et violés des occupantes avaient été envoyés par le proprio lui-même), mais passe à côté d’une description plus riche de ces lieux, en oubliant de mentionner que l’occupation aux Grottes a ensuite donné naissance au Centre femmes, lieu d’organisation majeur des luttes féministes (avortement, remboursement des soins, campagnes contre le viol, soutiens aux prisonnières à Champ-Dollon…).

Bingo islamophobe féministe

Dans Le Temps du 20 mars 2019, Nadine Richon s’énerve contre Annie Ernaux. Mais surtout, elle nous livre une tribune qui reprend un par un tous les éléments d’un bon bingo de l’islamophobie. Un résumé, par paragraphes :

  • “Ces femmes sont obligées à porter le voile, sous menace de mort !”
  • “On oblige même les mineures à se voiler !”
  • “Le Moyen Orient conspue pour abattre la démocratie !”
  • “Le sport, c’est laïc !”
  • “Foulard un jour, Niqab toujours !”
  • “Les islamistes forcent leur femmes à porter le voile pour emmerder les féministes !”