Aveugle adepte de la croissance verte

L’ancien conseiller d’État David Hiler (Verts) reconverti comme chroniqueur dans Le Temps donne une fois encore son avis sur le réchauffement. La thèse de M. Hiler est conforme à la vulgate globale sur cette question : il faut tous se mettre d’accord au niveau international avant d’avancer chez nous, sinon gare à la baisse de compétitivité. Dès lors, M. Hiler est partagé: il y a une belle prise de conscience des « dirigeants de bon nombre de grandes entreprises », mais ça a bloqué entre 2002 (Kyoto) et 2015 (COP21). Mais entre temps, M. Hiler trouve super les « avancées technologiques » et finit par une tirade d’un paternalisme rare sur la responsabilité des jeunes sur un air de Joe Dassin. On pourrait conseiller à cet adepte de la « croissance verte » la lecture de l’historien François Jarrige qui a montré comment la vision de la pollution comme un « effet pervers provisoire » qui va trouver une solution technologique est agitée sans succès depuis le début du 19e siècle.

Hodgers, le « vert pantoufle »

Double page sur le conseiller d’Etat Antonio Hodgers (Verts) dans Le Temps. Vous connaissiez peut-être les « Verts pastèques » (soixante-huitards entrés chez les Verts dans les années 1980), lui est un « Vert pantoufle »: il défend les forfaits fiscaux, admire Mme Angela Merkel et valorise à outrance l’idéologie du consensus. Il s’étonne aussi de la fin de l’altermondialisme, son mouvement de jeunesse, alors qu’à deux reprises au moins (contre-G8 d’Evian en 2003, manif anti-OMC en 2009) il s’est désolidarisé publiquement des coalitions mises sur pied et a mis sa carrière avant les intérêts du mouvement. Aujourd’hui président du Conseil d’Etat, il remarque la vacuité de sa propre vie et regrette qu’« une grande partie de [son] agenda de président est faite d’enjeux de gouvernance et de la gestion d’affaires. » N’est-ce pas ce que vous aviez voulu M. Hodgers?

Notes de frais et Cour des comptes à Genève

À Genève, les histoires liées à la gestion de l’argent public – aux niveaux cantonal et municipal – n’en finissent pas de défrayer la chronique. Aujourd’hui, ce sont sur les voyages artistiques de l’ex-Chancellière d’État et sur le départ à la retraite du directeur général de la Ville de Genève que les projecteurs sont braqués. Et ça balance de parts et d’autres. Trois articles de derrière le #PayWall de la Tribune de Genève.